«

»

oct 22 2012

Voulez-vous couch(-surf)er avec moi ?

Ni comédie musicale, ni allusion grivoise: il s’agit bien là de couch-surfing dont on parle. Apparue en 2004 aux Etats-Unis, cette vague – c’est le moins qu’on puisse dire – n’a pas fini de faire le bonheur de nombreux globetrotters ! Le célèbre site internet continue de promouvoir les voyages de canapés en canapés.

Pourquoi « couch-surfing » ?

C’est une expression que l’on pourrait littéralement traduire par « passer d’un canapé à l’autre », mais qui fait aussi allusion à l’idée de surfer sur internet pour trouver un canapé où dormir. Le canapé est sous-entendu comme étant le moyen de locomotion du voyageur, qui parcours le monde en logeant et « squattant » le canapé de particuliers qui, comme lui, adhèrent à ce système.

 

 

 

Qu’est-ce que le couch-surfing ?

Le couch-surfing est un concept qui a su remettre l’hospitalité au goût du jour. Il est à l’origine d’un réseau de plusieurs millions de personnes aujourd’hui et permet de loger gratuitement dans le monde entier, et ainsi de vivre au coeur-même d’une culture et de sa population grâce aux rencontres issues de ces voyages. Il s’agit d’un moyen de voyager pour le moins économique, puisqu’il permet de ne pas dépenser de fortunes à chaque fois que l’on se rend quelques jours à l’étranger. Car l’addition est très vite salée si l’on prend en compte le billet de transport, l’hôtel, la restauration, etc. C’est également un moyen idéal de s’approprier une langue étrangère, un mode de vie, de se fondre dans une culture, et donc de progresser linguistiquement parlant. Rien de tel que vivre le quotidien de particuliers pour apprécier au mieux la découverte d’un pays, et profiter de recommandations authentiques en termes de lieux à visiter où de restauration. Fini les parcours tout tracés des formules de séjours « all inclusive », qui vous mènent d’attrape-touristes en attrape touristes.

Origines du couch-surfing

On peut dire que Casey Fenton en est à l’origine. Tout commence lors d’un voyage de quelques jours

en Islande qu’il effectue en 1999. C. Fenton ne souhaite pas loger seul à l’hôtel, et a la bonne idée d’envoyer un mail à 1500 étudiants. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il reçoit beaucoup plus de réponses positives que prévu. Il en conclut qu’il existe bel et bien une communauté de personnes qui, comme lui, ont une vision du voyage beaucoup plus humaine. Cette expérience le décide à créer en 2004 CouchSurfing.org, un site web qui rassemble aujourd’hui plus de 3 millions de membres dans 247 pays différents.

Comment « couch-surfer » ?

  • Nul besoin de vous munir de votre dent de requin porte-bonheur et de votre plus belle planche: une connexion internet devrait suffire. De même que pour Facebook ou Twitter, CouchSurfing.org est un réseau social sur lequel il faudra vous inscrire si vous souhaitez entrer en contact  avec les « autochtones » de votre destination. L’inscription est généralement gratuite, et vous devrez avant tout préciser si vous êtes également en mesure d’héberger des couchsurfeurs. Rassurez-vous: le concept du couch-surfing ne se base pas sur la réciprocité. Vous ne serez donc pas contraint de devoir héberger des voyageurs pour avoir accès au réseau. Vous devrez ensuite compléter votre profil, en le détaillant au maximum (disponibilités, centres d’intérêts, valeurs, travail, photo agréable…) afin de donner un aperçu de votre personnalité. Vous aurez également la possibilité de publier des photos de votre habitation,  afin de d’offrir une image plus concrète à vos futurs hôtes de là où ils logeront.
  • Lorsque vous souhaitez sélectionner un profil particulier, c’est là que les avis et commentaires interviennent, mais aussi le mode d’hébergement et les points communs que vous pouvez avoir. Attention ne sélectionner que les profils réellement susceptibles de vous intéresser. Selon la nature de votre séjour, pensez à vérifier si votre hôte est plutôt couche-tard ou s’il travaille tôt. Ne vous y prenez pas trop tard, et anticipez votre séjour. Comme tout type de voyage, il s’agit de s’organiser. Prenez le soin de contacter plusieurs hôtes au cas où l’un d’entre eux se désisterait, soignez vos mails et soyez le plus précis possible. Enfin, pensez à prévenir votre hôte à l’avance en cas de changement de programme.
  • Une fois sur place, il s’agit de ne pas donner une mauvaise image de votre pays, et donc de votre propre culture ! Adaptez-vous le mieux possible au mode de vie de votre hôte (par exemple en prenant connaissance des règles de la maison), et pensez éventuellement à ne pas arriver les mains vides: ça fait toujours plaisir.
  • Sécurité: Regardez les commentaires des uns et des autres, il s’agit de la source d’information la plus fiable. Les arnaques se repèrent assez aisément. La certification (don d’un membre à l’association), permet également de prouver qu’un membre est bel et bien fidèle au réseau et correctement impliqué, de la même façon que le cautionnement. Enfin, le site CouchSurfing.org a tout prévu pour que les informations privées de votre profil ne soient visibles que par les personnes de votre choix.
Facebook Twitter Pinterest Plusone